Mardi 5 janvier 1915

A la position de batterie toujours une mare de boue.
Nous recevons quelques obus en avant de la batterie et direction de la route. Le soir je pars en repos à GUERBIGNY et je vais retrouver mon lit de paille après avoir bu une vieille bouteille et le café.

Publié dans : Non classé |le 5 janvier, 1915 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi