Jeudi 24 décembre 1914

Toujours en même plan malgré les annonces de départ. La neige tombe en gros flocons. Le canon gronde au loin.
Le soleil rayonne sur la plaine d’HEMEVILLERS distraction à arrêter les bonnes gens et vu des laissés passer.
Camarade CHAVOIN fait le cuisinier, l’on tire une oie, l’on touche la dinde, préparatifs de réveillon.
A 8 heures à table. L’on mange d’un bel appétit les bons plats préparés par notre bon « cordon bleu ». Au café des chansons sont envoyées par les chanteurs, nous écoutons CHAVOIN, GROSBEAU dans leur répertoire. Jusqu’au KRAB et CORNAIRE qui en sortent quelques unes.
Notre salle éclairée à l’acétylène nous donne l’illusion d’un magnifique banquet. Puis vers minuit l’on fait le thé avec la 1° pièce. Ensuite des camarades vont à la messe dont les cloches ont déjà envoyé leurs appels.
Je regagne mon lit habituel et je dors à poings fermés, mais notre sommeil fut troublé bientôt par le retour des camarades. Il gèle l’hiver s’annonce.

Publié dans : Non classé |le 24 décembre, 1914 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire