Samedi 5 décembre 1914 (120° jour)

De bonne heure la pluie succède au vent et notre campement est transformé en lac. Les chevaux battent l’eau tandis que les hommes s’abritent. Le 105° passe pour embarquer.
L’on entend au loin le canon qui gronde. La route est boueuse, les arbres ruissellent de l’averse passée.

Publié dans : Non classé |le 5 décembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi