Vendredi 4 décembre 1914 (119° jour)

Souvenir de la fête des artilleurs. Vent violent. Un train siffle. Puis la pluie sous un vilain ciel d’hiver.
Au travers des fenêtres nos regards se portent et contemplent un fantastique brasier. des nuages d’étincelles s’échappent en tourbillonnant fort du brasier.
Les obus du KAISER et la sauvagerie de son armée s’acharnent sur YPRES. (ville martyre) est morte et la halle aux draps, la cathédrale SAINT-MARTIN ne sont plus que ruine. (adieu génie humain dans ces 2 chefs-d’oeuvre).
une violente canonnade retentit au loin. Puis l’on s’endort serré entre 2 copains, et l’on dort d’un sommeil de plomb.

Publié dans : Non classé |le 4 décembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi