Lundi 2 novembre 1914

Encore une journée belle et calme. On joue aux barres. A 10 heures du soir, intermède tragi-comique. Un coup de feu puis un deuxième. La sentinelle crie « Aux armes » Alerte.
Tout le monde sort révolver au poing, ou le mousqueton prêt. On s’accumule au centre de la batterie. Une dizaine de volontaires vont en reconnaissance vers les carrières. Une deuxième équipe partie de la batterie voisine des 90 et des avant-trains part ensuite. Et alors il se passe des scènes épiques. a chaque ombre qui se dessine un dialogue s’engage « qui vive » France. Pan. Pan. Les coups de pétards partent immédiatement. Par bonheur personne n’est touché dans cette chasse à l’homme où les 3 Bôches cause de tout ce bruit (si Bôche il y avait) ont dû crever de peur ou crever de rire selon leur tempérament.

Publié dans : Non classé |le 2 novembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi