Archive pour octobre, 1914

Mercredi 21 octobre 1914

Journée essentiellement calme. Aux avant-postes où je vais, même calme. Un coup de fusil par-ci par-là. On dirait que les tranchées Allemandes sont abandonnées. La nuit est pluvieuse, noire et tranquille.

Publié dans:Non classé |on 21 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Mardi 20 octobre 1914 (74° jour)

Les mêmes occupations que la veille. Nous finissons notre installation et travaillons après une tranchée. Le temps reste gris. Le soir la fusillade nous réveille vers 10 heures. Quelques salves et tout est calme.

Publié dans:Non classé |on 20 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Lundi 19 octobre 1914 (73° jour)

Le temps de brouillard ne change pas, ce qui nous permet de commencer de grands travaux. Nous sommes à la lisière d’un petit bosquet, occupé récemment par une batterie du 53°. Nous trouvons des tranchées à moitié creusées qu’il ne reste plus qu’a aménager confortablement.
Dans la soirée un bruit de moteur dans le ciel. On croit à un aéroplane, mais l’avion reste invisible et le bruit s’efface. On couche sous la tente et aucun coup de canon trop rapproché ne vient nous réveiller.

Publié dans:Non classé |on 19 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Dimanche 18 octobre 1914 (72° jour)

Une matinée de dimanche calme troublée seulement par des perspectives de départ. Le brouillard dure toujours. On tire l’après-midi. Le départ annoncé pour le lendemain matin se précipite. On amène les avant-trains à 8 heures du soir et on va mettre en batterie sur le plateau de GURY aux abords de la ferme SAINT-CLAUDE.

Publié dans:Non classé |on 18 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Samedi 17 octobre 1914 (71° jour)

Continuation du même temps et des mêmes travaux (Construction de bastions). Perfectionnement artistique des tranchées. (Nouvelles satisfaisantes du capitaine GUIMARD). Nuit calme. Éclatements lointains de marmites.

Publié dans:Non classé |on 17 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Vendredi 16 octobre 1914 (70° jour)

Même temps, mêmes occupations. On ne tire pas durant le jour mais vers 11 heures du soir, un crépitement de fusillade nous réveille. Une attaque du côté de LASSIGNY.
Elle s’arrête presque subitement après notre 1° salve et chacun rentre dans son terrier pour continuer le sommeil interrompu.

Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Jeudi 15 octobre 1914 (69° jour)

Le brouillard dure toujours. On commence à creuser des nouvelles tranchées puisque nous prenons le chemin de passer ici le reste de notre existence. Ce sont de véritables souterrains. Chaque pièce rivalise d’habilité.
On s’y terre presque tout le jour car le temps reste froid et pluvieux. On y cause, on y lit, on y fume, on y joue aux cartes le tout dans une ombre de mélancolie.

Publié dans:Non classé |on 15 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Mercredi 14 octobre 1914 (68° jour)

Comme la veille une journée de brouillard et de pluie. La matinée est calme. Le soir la 7° tire sur notre droite et les grosses pièces Allemandes se mettent à répondre sitôt après arrosant un peu partout.
Rien à signaler à la 8°, mais à la 7° 3 caissons sautent et deux canons restent endommagés. Dans la nuit le feu reprend sans causer de dégâts.

Publié dans:Non classé |on 14 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Mardi 13 octobre 1914 (67° jour)

Jour de brouillard et de pluie. On s’abrite de la pluie dans les tranchées. On envoie et on reçoit peu d’obus.
Détail.

Publié dans:Non classé |on 13 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Lundi 12 octobre 1914

Le jour qui suit est le même hormis quelques aéroplanes qui viennent nous survoler et sur l’un desquels le canon Allemand tire, on ne voit rien, on n’entend rien que quelques éclatements lointains de gros obus. Aucun mouvement dans la nuit si ce n’est vers 2 heures une violente canonnade dans la direction de FUMIERES.

Publié dans:Non classé |on 12 octobre, 1914 |Commentaires fermés
1234

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi