Lundi 19 octobre 1914 (73° jour)

Le temps de brouillard ne change pas, ce qui nous permet de commencer de grands travaux. Nous sommes à la lisière d’un petit bosquet, occupé récemment par une batterie du 53°. Nous trouvons des tranchées à moitié creusées qu’il ne reste plus qu’a aménager confortablement.
Dans la soirée un bruit de moteur dans le ciel. On croit à un aéroplane, mais l’avion reste invisible et le bruit s’efface. On couche sous la tente et aucun coup de canon trop rapproché ne vient nous réveiller.

Publié dans : Non classé |le 19 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi