Jeudi 15 octobre 1914 (69° jour)

Le brouillard dure toujours. On commence à creuser des nouvelles tranchées puisque nous prenons le chemin de passer ici le reste de notre existence. Ce sont de véritables souterrains. Chaque pièce rivalise d’habilité.
On s’y terre presque tout le jour car le temps reste froid et pluvieux. On y cause, on y lit, on y fume, on y joue aux cartes le tout dans une ombre de mélancolie.

Publié dans : Non classé |le 15 octobre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi