Lundi 28 septembre 1914

Toujours la même monotonie. Sans alerte. Le tir des grosses pièces Allemandes semble s’être rapproché de nos pièces sans toutefois y causer du mal. Toujours le bruit du canon sur la gauche, un peu moins fort peut-être.
En changeant de position un gros obus, un seul vient tomber à quelques mètres. On en est quitte pour la peur et la sale blague du pointeur Allemand ne se renouvelle pas.

Publié dans : Non classé |le 28 septembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi