Mardi 22 septembre 1914

Au jour, on part sur le plateau, on nage dans le brouillard. Malgré lui les grosses pièces recommencent à tirer et cette fois à plus près sur nous, on quitte les carrières et on repart de l’autre côté du village près d’un château abandonné. La journée est très belle. Des aéroplanes Français et étrangers passent à chaque instant.
le soir est calme. On va cantonner dans le village.

Publié dans : Non classé |le 22 septembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi