Vendredi 11 septembre 1914

Encore la même situation et la même monotonie que la veille. Le pluie ne nous quitte pas, on patauge dans 20 cm de boue où les pattes des chevaux s’enterrent. La conversation s’aiguille sur PARIS et n’en bouge plus. Une nuit de pluie.

Publié dans : Non classé |le 11 septembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi