Mardi 8 septembre 1914

On tire une quarantaine d’obus à longue portée à la batterie de tir. Pas d’évènements saillants. Les canons Allemands tirent très peu. A deux heures du matin on part occuper de nouveau les positions de l’avant veille. Tir assez serré toute la matinée surtout du côté Français.
l’aéroplane Allemand passe au dessus de nous comme d’habitude. Le soir est calme. A 9 heures 30 alerte et menace de départ précipité sous une pluie d’orage terrible, départ qui a lieu 2 heures plus tard. On rejoint la batterie et on marche toute la nuit dans la direction d’EPINAL.
(Attente du passage du 16°, je me couche et m’abrite dans une grange où sont cantonnés des fantassins bientôt suivis des camarades)

Publié dans : Non classé |le 8 septembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi