Jeudi 3 septembre 1914

La batterie est réorganisée. On touche des chevaux. On reste encore toute la journée sur place champagne de réquisition au dîner. La nuit une canonnade terrible qui rougit le ciel. Au petit jour départ. Les 3 canons vont au tir et (mes) 3 caissons rejoignent l’échelon.

Publié dans : Non classé |le 3 septembre, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi