Vendredi 21 août 1914

La mauvaise journée. Départ à 8 heures du matin. On repart occuper la position de la veille. Quelques coups de canon de temps en temps. Et tout à coup des balles arrivent espacées puis se suivent sans discontinuer. On s’abrite.

Des fantassins paraissent à la lisière du bois quitté la veille. Feu a volonté. Les munitions épuisées on se replie en arrière d’un bois au milieu des balles qui pleuvent et des obus qui éclatent un peu partout.

On abandonne les pièces déclavetées MOREL seul est mort tué d’une balle dans la poitrine sa dernière cartouche tirée. Recherche artilleurs dans les bois après plusieurs périls trouve échelon et on se replie jusqu’à CIREY où j’arrive par une autre route. Dans la soirée et dans l’inquiétude je vois arriver les camarades.

Publié dans : Non classé |le 21 août, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi