Lundi 17 août 1914

On se réveille raides, mouillés. La pluie tombe encore plus fort. La mise en batterie dure toujours. on se construit des tentes de branchages à travers lesquels il pleut comme dehors. Nous gardons cette position que nous dénommons le bois (Bois de Guillaume).

Vers le soir une surprise. On nous envoie cantonner dans la vallée à SAINT-QUIRIN un pays à moitié Allemand, on éprouve tout de même un plaisir fou à se coucher et à dormir dans la paille.

Publié dans : Non classé |le 17 août, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi