Dimanche 16 août 1914

On repart vers 9 heures tous reposés. Le matin une fusillade sur un aéroplane. On marche vers la frontière au milieu d’immenses bois de sapins. Des coins de forêt admirable. On passe la frontière très paisiblement une mise en batterie pour surveiller les bois et on bivouaque sur place sous une tente abri adossé au caisson au milieu d’un champ de betteraves.

La pluie tombe sans discontinuer.

Publié dans : Non classé |le 16 août, 1914 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Femme et Psy |
Un autre regard sur soi et ... |
COLLECTIF49 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | demoli
| Objectif CAPA
| info retour à l'emploi